En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA

GIS Elevages Demain

GIS Elevages Demain

Efficience protéique et énergétique des filières animales

Les productions animales sont de plus en plus souvent mises en accusation du fait de leur "inefficacité" à valoriser les ressources végétales et de la consommation de surfaces qui en résulte.

Efficience protéique et énergétique des filières animales

Le discours de la compétition entre protéines animales et protéines végétales monte en puissance suite à la mise en avant de quelques données (« il faut entre 4 et 9 kg de protéines végétales pour faire 1 kg de protéines animales) non nuancées et sans que l’on sache bien ce qu’elles recouvrent exactement. Un raisonnement en apparence logique conduit alors à l'idée selon laquelle il suffirait de substituer les protéines animales par des protéines végétales pour assurer un développement durable de la planète et nourrir 9 milliards d’êtres humains. Ce raisonnement est tenu par des opposants à l’élevage mais aussi, et c’est plus nouveau, par des acteurs des filières végétales qui cherchent à développer la production de protéines issues de protéagineux dans notre alimentation. Ils trouvent là un argument très facile pour justifier des financements pour leurs travaux. Ce n'est pas le rapport du 4ième Foresight du SCAR qui va inverser la tendance. Outre la compétition animal vs végétal pour l'alimentation on voit arriver la compétition animal vs industrie de la "chimie verte" pour l'accès à la biomasse. Sur la base d’un même raisonnement les productions animales sont aussi pointées pour leur inefficacité énergétique. Il est rapporté qu’il faut entre 4 à 12 kcal végétales pour faire 1 kcal animale.

Intrinsèquement les valeurs mises en avant ne sont peut-être pas fausses mais on ne sait pas ce qu’elles recouvrent. En particulier les animaux consomment de la biomasse qui n’est pas utilisable en alimentation humaine et de ce point de vue ils ne peuvent pas être considérés comme étant en compétition avec l’homme pour la totalité de leur alimentation. Les ruminants, qui sont dans ces calculs sommaires toujours pointés comme les animaux les moins efficaces, valorisent pourtant des herbages produits sur ces surfaces qui ne pourraient pas être utilisées pour des productions végétales directement utilisables par l’homme dans des conditions économiquement fiables. Dans le cas des protéines, il faut en particulier bien distinguer dans les ressources mobilisées celles qui seraient directement utilisables par l'homme de celles qui correspondent à un recyclage de coproduits (sons, tourteaux, pulpes....) et bien sur l’herbe dans le cas des ruminants. La compétition entre l’alimentation animale et humaine ne doit en effet pas être raisonnée à l’échelle des protéines totales mais à l’échelle des protéines qui seraient en fait directement consommables en alimentation humaine (le même raisonnement vaut aussi pour l’énergie).

Face à ces évaluations simplificatrices et ne correspondent pas nécessairement à la réalité de l'élevage Français voire Européen, il faut pouvoir opposer des données fiables et tracées méthodologiquement pour établir une vision réaliste de l'efficience globale de nos systèmes et éviter une présentation caricaturale de la contribution du monde de l'élevage au bien être de la planète. Une telle vision aiderait aussi à faire des progrès vers plus d’efficience globale des systèmes à partir d’un regard qui n’a jamais été considéré jusqu’ici. Nous ne disposons pas dans les filières de telles estimations ni d’analyse des principaux facteurs de variation de l’efficience d’utilisation des protéines et de l’énergie de la biomasse convertie en produits animaux.

C'est pourquoi le GIS Elevage Demain a mis en place début 2016 un groupe de travail pour établir ces figures, les publier et les communiquer.

Colloque GIS ED : Nouveau regard sur l’Efficience alimentaire des productions animales - 17/10/2017

Colloque du GIS Élevages Demain : Nouveau regard sur l’Efficience alimentaire des productions animales - le 17 octobre 2017 à l’APCA, Paris

L’élevage a pour principale finalité la production d’aliments pour l’Homme. Cependant, dans un contexte d’accroissement de la demande...
Lire la suite